Préserver les droits de base!

Aide-nous à faire reculer l\'emprise des services secrets!

La loi fédérale sur le renseignement (LRens) doit être révisée et les services de renseignement obtenir de nouveaux pouvoirs de surveillance. Nous nous opposons à la révision de la loi avec d'autres ONG suisses. Pour la coordination et la campagne, nous avons besoin de plus de 60'000 francs, dont 20'000 francs manquent encore.

Aide-nous à faire reculer l'emprise des services secrets!

17%
Déjà reçu 3,548 francs sur les 20,000 nécessaires 43 dons reçus Encore 41 jours

Facture QR en PDF

Digitale Gesellschaft
4000 Basel
CH4009000000159933511
BIC: POFICHBEXXX

Soutenir maintenant

Crowdfunding: Préserver les droits de base!

Crowdfunding: Préserver les droits de base!

La loi fédérale sur le renseignement (LRens) doit être révisée et les services de renseignement obtenir de nouveaux pouvoirs de surveillance. Nous nous opposons à la révision de la loi avec d’autres ONG suisses. Pour la coordination et la campagne, nous avons besoin de plus de 60’000 francs, dont 20’000 francs manquent encore.

Pétition contre la surveillance du réseau câblé

Arrêt immédiat de la surveillance de masse sans motif !

Arrêt immédiat de la surveillance de masse sans motif !

Nous sommes tou.te.s sous surveillance sans motif ni suspicion. Le Conseil fédéral, les services secrets et l’armée violent nos droits fondamentaux avec ce que l’on appelle la surveillance du réseau câblé. La loi applicable doit être révisée cette année encore et les services secrets obtenir de nouvelles compétences. Nous voulons le contraire. Signez la pétition pour l’abolition de la surveillance du réseau câblé !

«Pas de surveillance de masse dans les gares»

Lettre ouverte remise aux CFF avec 17’069 signatures

Lettre ouverte remise aux CFF avec 17'069 signatures

AlgorithmWatch CH und die Digitale Gesellschaft haben heute Dienstag, 28. März 2023, einen offenen Brief an die SBB übergeben. Im Namen von 17’069 Personen und fünfzehn zivilgesellschaftlichen Organisationen und politischen Parteien protestieren sie damit gegen die ursprünglichen Pläne der Bundesbahnen, ein Messsystem zur umfassenden Überwachung der Reisenden in über 50 Bahnhöfen einzusetzen.

L'opposition de la société civile porte ses fruits

Les CFF renoncent à la catégorisation biométrique à des fins commerciales dans les gares suisses

Les CFF renoncent à la catégorisation biométrique à des fins commerciales dans les gares suisses

Les CFF ont annoncé aujourd’hui qu’ils renonceront, dans le cadre du nouveau système de mesure de la fréquence des client·e·s prévu, à classer les personnes dans des catégories (protégées entre autres par le droit de la discrimination) sur la base de leurs données biométriques et à utiliser cette méthode à des fins commerciales. L’appel d’offres initial sera révisé à cet effet. Les CFF réagissent ainsi à la pression de la société civile.

Lettre ouverte aux Chemins de fer fédéraux suisses CFF

Pas de surveillance de masse dans les gares suisses !

Pas de surveillance de masse dans les gares suisses !

Les CFF souhaitent étendre largement la surveillance des voyageuses et voyageurs dans plus de 50 gares suisses à partir de septembre 2023, notamment par le biais d’analyses biométriques. Pour les organisations de la société civile AlgorithmWatch CH et la Société numérique et d’autres organisations, cette mesure risque de restreindre massivement les droits fondamentaux, ce qui est disproportionné par rapport à ses objectifs commerciaux. Elles ont donc lancé une lettre ouverte aux CFF.

Prise de position

Révision de la loi fédérale sur le renseignement

Révision de la loi fédérale sur le renseignement

La Société Numérique a été invitée à participer à la procédure de consultation sur la révision de la loi fédérale sur le renseignement (LRens) du 25 septembre 2015. Nous avons de grandes réserves à l’égard de la nouvelle loi et nous exigeons le respect des droits fondamentaux.

Pétition

Plus de 10 000 personnes contre la reconnaissance faciale automatisée !

Plus de 10 000 personnes contre la reconnaissance faciale automatisée !

L’alliance « Stop à la reconnaissance faciale » a adressé cette semaine une pétition aux autorités contre la reconnaissance faciale automatisée. Plus de 10 000 signataires réclament une interdiction de la surveillance massive par des systèmes de reconnaissance biométrique. La pétition a été remise en mains propores à Grégoire Junod, syndic de Lausanne (lundi 16 mai) et à Daniel Leupi, membre de l’exécutif de la Ville de Zurich (mercredi 18 mai). Elle a également été transmise aux exécutifs des vingt plus grandes villes de Suisse ainsi qu’aux chefs-lieux des cantons.

Campagne ReclaimYourFace en Suisse

Protégeons nos droits fondamentaux – non à la reconnaissance faciale !

Protégeons nos droits fondamentaux – non à la reconnaissance faciale !

Les systèmes de reconnaissance faciale se répandent partout en Europe. Nous ne disposons pas actuellement d’une législation efficace pour limiter l’utilisation de cet instrument de surveillance. Amnesty International, AlgorithmWatch CH et Société Numérique s’allient pour demander l’interdiction de la reconnaissance faciale automatisée et de la surveillance biométrique de masse sur le territoire suisse. Ensemble, elles lancent une pétition pour obtenir une telle interdiction.

En Europe aussi, la surveillance biométrique de masse est depuis longtemps devenue une réalité

Pourquoi nous avons besoin d’une interdiction effective de la surveillance biométrique de masse

Pourquoi nous avons besoin d’une interdiction effective de la surveillance biométrique de masse

On entend souvent: «La reconnaissance faciale appliquée à toute la population? Cela n’existe qu’en Chine.» Pourtant, ces dernières années, des technologies de surveillance en état d’être commercialisées ont été développées en un temps record. Elles sont capables d’analyser et de stocker des informations uniques, personnelles et souvent immuables sur notre corps et nos comportements, pendant que nous vaquons à nos activités quotidiennes. Ce phénomène s’appelle la surveillance biométrique de masse – et est documenté dans cet article.

Référendum fédéral du 13 juin 2021

Une coalition d’ONG dit « non » à la loi sur les mesures policières

Une coalition d'ONG dit « non » à la loi sur les mesures policières

Une large coalition d’organisations non gouvernementales suisses lance aujourd’hui sa campagne contre la loi sur les mesures policières (MPT), sur laquelle le peuple est appelé à se prononcer dans le cadre du référendum du 13 juin 2021. Les organisations mettent en garde contre le pouvoir arbitraire que cette loi donne à la police et la menace qu’elle fait peser sur l’État de droit.