Préserver les droits de base!

Aide-nous à faire reculer l\'emprise des services secrets!

La loi fédérale sur le renseignement (LRens) doit être révisée et les services de renseignement obtenir de nouveaux pouvoirs de surveillance. Nous nous opposons à la révision de la loi avec d'autres ONG suisses. Pour la coordination et la campagne, nous avons besoin de plus de 60'000 francs, dont 20'000 francs manquent encore.

Aide-nous à faire reculer l'emprise des services secrets!

17%
Déjà reçu 3,548 francs sur les 20,000 nécessaires 43 dons reçus Encore 41 jours

Facture QR en PDF

Digitale Gesellschaft
4000 Basel
CH4009000000159933511
BIC: POFICHBEXXX

Étape importante

Nous sommes 1000!

À l’aise en Suisse allemande comme en Suisse romande, le jeune juriste Luka Nenadic est notre 1000ᵉ membre et s’engage dans le groupe spécialisé Automated Decision Making Systems (AMDS ; intelligence artificielle). Nous l’avons rencontré le 24 juillet à la Bitwäscherei, à Zurich.

Luka en conversation avec Salvi
Cher Luka, merci de nous avoir accordé ton temps malgré le soleil radieux. Peux-tu nous parler de toi?

Oui, avec plaisir. Je suis né en Serbie et je vis en Suisse depuis vingt ans, d’abord à Lausanne, puis à Zurich. J’ai obtenu un bachelor en droit à Zurich et un master conjoint à Zurich et Lausanne. Depuis début juillet, j’effectue un stage au Département de l’Économie, de la Formation et de la Recherche à Berne. L’année prochaine, j’aimerais commencer un doctorat lié au droit de la protection des données, de la concurrence ou de la propriété intellectuelle à l’École Polytechnique Fédérale de Zurich. Je m’intéresse aussi à la réglementation des plateformes, sujet sur lequel j’ai rédigé mon mémoire de master.

Je suppose que cela t’a permis de découvrir Société Numérique…

Cela s’est fait par bouche-à-oreille. J’ai un ami étudiant en droit qui est actif depuis un peu plus d’un an au sein de Société Numérique et qui ne tarit pas d’éloges à son sujet. Il m’a dit de venir à jeter un coup d’œil, et c’est ce que j’ai fait. J’ai trouvé beaucoup de choses qui m’intéressaient sur le site web, j’ai donc participé à la rencontre de printemps de cette année. J’y ai rencontré plusieurs personnes actives, dont le coordinateur du groupe spécialisé ADMS, qui m’a immédiatement invité à rejoindre le groupe.

« Société Numérique permet de s’attaquer à beaucoup de cas concrets très pertinents. »

C’est la première fois que je participe à une association dont l’objet n’est pas le sport. A posteriori, je réalise que je pensais à tort que les associations de la société civile ressemblaient à des clubs de débat qui manquaient de force de réalisation. On discute de thèmes, mais on n’a pas vraiment la possibilité de mettre en œuvre des solutions ou de les porter sur la scène politique. Cependant, la procédure devant le Tribunal administratif fédéral, le succès du référendum sur l’E-ID, mais aussi le crowdfunding pour nos serveurs Tor et bien d’autres engagements m’ont montré que Société Numérique permet de s’attaquer à beaucoup de cas concrets très pertinents. C’est notamment le cas pour le groupe spécialisé ADMS, où Société Numérique a même obtenu le statut d’observateur auprès du Conseil de l’Europe et peut représenter les intérêts des gens. C’est formidable !

Qu’est-ce qui s’est passé après la rencontre de printemps ?

Le coordinateur du groupe spécialisé ADMS et moi avons tout de suite échangé nos numéros de téléphone lors de la rencontre de printemps, et j’ai donc été rapidement intégré au groupe spécialisé. Cela s’est passé de manière très simple, j’ai trouvé cela très agréable. La première petite mission concernait les documents du Conseil de l’Europe sur la réglementation de l’intelligence artificielle : une commission est en train d’élaborer un cadre réglementaire et demande avant sa réunion à des organisations de la société civile sélectionnées, dont Société Numérique, de donner leur avis sur certaines questions.

Cela doit généralement se faire rapidement…

Exactement ! J’étais en train de faire une randonnée entre la frontière allemande et autrichienne lorsque j’ai reçu un message du coordinateur du groupe spécialisé ADMS. Il m’informait que nous devions discuter de quelque chose dont la date limite était de quelques jours. Pendant mes vacances, j’étais donc entouré d’un cadre magnifique et je travaillais sur les propositions de réglementation du Conseil de l’Europe. C’est une scène que je ne l’oublierai pas de sitôt. Nous avons ensuite eu une très bonne discussion, le coordinateur en tant qu’expert technique et moi avec mon bagage juridique. Le fait que nous soyons si larges et que nous puissions travailler de manière interdisciplinaire constitue aussi une voire la plus grande force de Société Numérique.

Cela semble être beaucoup de travail. Quel est le temps que tu consacres à ton engagement chez Société Numérique ?

Dans mon agenda, je fais une distinction de couleur entre les rendez-vous de loisirs et les rendez-vous professionnels, les premiers sont soulignés en vert, les seconds en rouge. Pour Société Numérique, je devrais avoir une couleur intermédiaire, car je considère mon engagement comme un hobby et j’aime le faire. Mais après une réunion du groupe spécialisé, je suis assez fatigué, et il faut aussi la préparer et la suivre. En tout cas, je le vis en fonction des projets : Lorsque nous avons élaboré le projet de la Commission du Conseil de l’Europe, j’ai travaillé deux fois deux heures en l’espace de deux semaines ; les deux mois suivants, nous n’avons eu qu’une réunion en ligne plus courte d’une heure et demie/deux heures. Pour la communication interne, nous utilisons entre-temps le chat Matrix et collaborons sur le wiki de Société Numérique.

Luka reçoit en remerciement un tableau d’honneur par Giammi
Que représente Société Numérique pour toi ?

En premier lieu, le respect des droits humains dans l’espace numérique. Tout ce qui est concrètement intégré dans nos projets et nos domaines thématiques découle à mon avis de cela. La manière dont nous voulons en donner la garantie — et je trouve cela très bien — ne vise pas des intérêts particuliers, mais consiste toujours en un discours social aussi inclusif que possible. Nous y parvenons non seulement en étant nous-mêmes largement représentés, mais aussi en recherchant activement l’échange.

Le groupe spécialisé ADMS en est un bon exemple. Fin juin, nous avons organisé une table ronde avec d’autres organisations qui s’occupent de la réglementation de l’intelligence artificielle au sens large, dont deux professeurs d’université. J’ai malheureusement eu un empêchement, mais ce que je trouve formidable, c’est que nous ne nous contentons pas de nous retrancher dans nos locaux, de publier nos points de vue et de les imposer obstinément. Au contraire, nous sommes ouverts à la discussion afin de trouver la meilleure solution possible pour préserver les droits humains face aux défis particuliers du monde numérique.

À propos, quels sont les défis que tu vois pour Société Numérique ?

Après six mois, j’ai certes déjà pris connaissance de certaines choses, mais avec autant de groupes spécialisés et d’événements, j’ai encore besoin d’un peu de temps pour avoir un avis qualifié sur la question. Il sera important de pouvoir impliquer les jeunes générations qui ont grandi avec l’espace numérique. Sur le long terme, nos groupes spécialisés ne vont pas se dissoudre. Bien au contraire, les thèmes continuent à évoluer et de nouveaux s’ajoutent. Il est donc important que nous puissions grandir en attirant davantage de membres.

« Il est important que nous puissions grandir en attirant davantage de membres. »

Ce que j’observe aussi, c’est qu’il y a beaucoup de nouvelles associations qui s’occupent de certains thèmes numériques. La table ronde sur la réglementation ADMS me l’a bien montré : les considérer comme des partenaires plutôt que des concurrents représente pour nous une perspective positive plutôt qu’un danger.

Quel soutien souhaiterais-tu en tant que membre actif ?

Un grand défi pour nous tous est que nous nous engageons bénévolement. Même après une journée de travail épuisante, on débat volontiers de la réglementation pendant trois heures. Cependant, on court aussi le risque de s’épuiser. Une oreille attentive de la part du secrétariat et les bons outils peuvent déjà nous aider. Nous sommes pour cela en bonne voie : le contact avec la direction du groupe spécialisé et le secrétariat se fait de manière très simple.

Un dernier mot pour conclure ?

Merci beaucoup pour l’honneur et le panneau en bois gravé au laser. C’est vraiment très beau avec le logo !

Merci pour ton soutien et à de nombreuses réussites communes !